la Dame d'Avalon Index du Forum

la Dame d'Avalon
Vous êtes ici chez vous (Amitié sans tabous ni frontières, nos passions et les vôtres)

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Fables

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la Dame d'Avalon Index du Forum -> Arts et culture -> Les textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nina
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2010
Messages: 30 186
Localisation: région rouennaise
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 15 Sep - 13:30 (2011)    Sujet du message: Fables Répondre en citant

LE CORBEAU ET LE RENARD

   
Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Corbeau,
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
Le Corbeau honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
   

   

   
   

   

______________


Carpe diem
vivre sa vie et être le seul décidant clin d'oeil b


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 15 Sep - 13:30 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nina
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2010
Messages: 30 186
Localisation: région rouennaise
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

MessagePosté le: Ven 16 Sep - 15:16 (2011)    Sujet du message: Fables Répondre en citant


LE LIÈVRE ET LA TORTUE


 
Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.
Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage.
Gageons, dit celle-ci, que vous n'atteindrez point
Si tôt que moi ce but. Si tôt ? Êtes-vous sage ?
Repartit l'Animal léger.
Ma Commère, il vous faut purger
Avec quatre grains d'ellébore.
Sage ou non, je parie encore.
Ainsi fut fait : et de tous deux
On mit près du but les enjeux.
Savoir quoi, ce n'est pas l'affaire ;
Ni de quel juge l'on convint.
Notre Lièvre n'avait que quatre pas à faire ;
J'entends de ceux qu'il fait lorsque prêt d'être atteint
Il s'éloigne des Chiens, les renvoie aux calendes,
Et leur fait arpenter les landes.
Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter,
Pour dormir, et pour écouter
D'où vient le vent, il laisse la Tortue
Aller son train de Sénateur.
Elle part, elle s'évertue ;
Elle se hâte avec lenteur.
Lui cependant méprise une telle victoire ;
Tient la gageure à peu de gloire ;
Croit qu'il y va de son honneur
De partir tard. Il broute, il se repose,
Il s'amuse à toute autre chose
Qu'à la gageure. À la fin, quand il vit
Que l'autre touchait presque au bout de la carrière,
Il partit comme un trait ; mais les élans qu'il fit
Furent vains : la Tortue arriva la première.
Eh bien, lui cria-t-elle, avais-je pas raison ?
De quoi vous sert votre vitesse ?
Moi l'emporter ! et que serait-ce
Si vous portiez une maison ?
 

 
 
 

______________


Carpe diem
vivre sa vie et être le seul décidant clin d'oeil b


Revenir en haut
Nina
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2010
Messages: 30 186
Localisation: région rouennaise
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

MessagePosté le: Dim 18 Sep - 12:53 (2011)    Sujet du message: Fables Répondre en citant

LA GRENOUILLE ET LE RAT

Tel, comme dit Merlin, cuide engeigner autrui,

Qui souvent s'engeigne soi-même.
J'ai regret que ce mot soit trop vieux aujourd'hui :
Il m'a toujours semblé d'une énergie extrême.
Mais afin d'en venir au dessein que j'ai pris,
Un rat plein d'embonpoint, gras et des mieux nourris,
Et qui ne connaissait l'avent ni le carême,
Sur le bord d'un marais égayait ses esprits.
Une grenouille approche, et lui dit en sa langue :
Venez me voir chez moi ; je vous ferai festin.
Messire Rat promit soudain :
Il n'était pas besoin de plus longue harangue.
Elle allégua pourtant les délices du bain,
La curiosité, le plaisir du voyage,
Cent raretés à voir le long du marécage :
Un jour il conterait à ses petits-enfants
Les beautés de ces lieux, les moeurs des habitants,
Et le gouvernement de la chose publique
Aquatique.
Un point sans plus tenait le galand empêché.
Il nageait quelque peu ; mais il fallait de l'aide.
La Grenouille à cela trouve un très bon remède :
Le Rat fut à son pied par la patte attaché ;
Un brin de jonc en fit l'affaire.
Dans le marais entrés, notre bonne Commère
S'efforce de tirer son Hôte au fond de l'eau,
Contre le droit des gens, contre la foi jurée ;
Prétend qu'elle en fera gorge chaude et curée ;
(C'était, à son avis, un excellent morceau.)
Déjà, dans son esprit la Galande le croque.
Il atteste les dieux ; la Perfide s'en moque :
Il résiste ; elle tire. En ce combat nouveau,
Un Milan, qui dans l'air planait, faisait la ronde,
Voit d'en haut le pauvret se débattant sur l'onde.
Il fond dessus, l'enlève, et par même moyen
La Grenouille et le lien.
Tout en fut : tant et si bien,
Que de cette double proie
L'Oiseau se donne au coeur joie,
Ayant de cette façon
A souper chair et poisson.

La ruse la mieux ourdie

Peut nuire à son inventeur;
Et souvent la perfidie
Retourne sur son auteur.


 

______________


Carpe diem
vivre sa vie et être le seul décidant clin d'oeil b


Revenir en haut
Nina
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2010
Messages: 30 186
Localisation: région rouennaise
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 22 Sep - 16:07 (2011)    Sujet du message: Fables Répondre en citant

   
LA CIGALE ET LA FOURMI  

La Cigale, ayant chanté
Tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'août, foi d'animal,
Intérêt et principal.
La Fourmi n'est pas prêteuse ;
C'est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
Vous chantiez ? j'en suis fort aise :
Et bien ! dansez maintenant.
   

 
 

   
   

______________


Carpe diem
vivre sa vie et être le seul décidant clin d'oeil b


Revenir en haut
Nina
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2010
Messages: 30 186
Localisation: région rouennaise
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

MessagePosté le: Sam 24 Sep - 07:18 (2011)    Sujet du message: Fables Répondre en citant

LE CHÊNE ET LE ROSEAU 
 
Le Chêne un jour dit au roseau :
Vous avez bien sujet d'accuser la Nature ;
Un Roitelet  pour vous est un pesant fardeau.
Le moindre vent qui d'aventure
Fait rider la face de l'eau,
Vous oblige à baisser la tête :
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d'arrêter les rayons du soleil,
Brave l'effort de la tempête.
Tout vous est aquilon ; tout me semble zéphir.
Encor si vous naissiez à l'abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n'auriez pas tant à souffrir :
Je vous défendrais de l'orage ;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent. 
La Nature envers vous me semble bien injuste.
 Votre compassion, lui répondit l'Arbuste ,
Part d'un bon naturel ; mais quittez ce souci.
Les vents me sont moins qu'à vous redoutables. 
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu'ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. Comme il disait ces mots,
Du bout de l'horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût porté jusque-là dans ses flancs.
L'Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu'il déracine
Celui de qui la tête au ciel était voisine,
Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts.


 

______________


Carpe diem
vivre sa vie et être le seul décidant clin d'oeil b


Revenir en haut
Nina
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2010
Messages: 30 186
Localisation: région rouennaise
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

MessagePosté le: Dim 25 Sep - 07:48 (2011)    Sujet du message: Fables Répondre en citant

  LE BERGER ET LA MER

Du rapport d'un troupeau dont il vivait sans soins,
Se contenta longtemps un voisin d'Amphitrite:
Si sa fortune était petite,
Elle était sûre tout au moins.
A la fin, les trésors déchargés sur la plage
Le tentèrent si bien qu'il vendit son troupeau,
Trafique de l'argent, le mit entier sur l'eau.
Cet argent périt par naufrage.
Son maître fut réduit à garder les brebis,
Non plus berger en chef comme il était jadis,
Quand ses propres moutons paissaient sur le rivage:
Celui qui s'était vu Coridon ou Tircis
Fut Pierrot (4) et rien davantage.
Au bout de quelque temps, il fit quelques profits,
Racheta des bêtes à laine ;
Et comme un jour les vents retenant leur haleine
Laissaient paisiblement aborder les vaisseaux :
Vous voulez de l'argent, ô Mesdames les Eaux,
Dit-il, adressez-vous, je vous prie, à quelque autre:
Ma foi, vous n'aurez pas le nôtre.

Ceci n'est pas un conte à plaisir inventé.

Je me sers de la vérité
Pour montrer par expérience,
Qu'un sou quand il est assuré
Vaut mieux que cinq en espérance ;
Qu'il se faut contenter de sa condition ;
Qu'aux conseils de la mer et de l'ambition
Nous devons fermer les oreilles.
Pour un qui s'en louera, dix mille s'en plaindront.
La mer promet monts et merveilles :
Fiez-vous y, les vents et les voleurs viendront.


 

______________


Carpe diem
vivre sa vie et être le seul décidant clin d'oeil b


Revenir en haut
Nina
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2010
Messages: 30 186
Localisation: région rouennaise
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

MessagePosté le: Mer 28 Sep - 10:43 (2011)    Sujet du message: Fables Répondre en citant

LE LOUP ET LA CIGOGNE

Les Loups mangent gloutonnement.
Un Loup donc étant de frairie,
Se pressa, dit-on, tellement
Qu'il en pensa perdre la vie.
Un os lui demeura bien avant au gosier.
De bonheur pour ce Loup, qui ne pouvait crier,
Près de là passe une Cigogne.

Il lui fait signe, elle accourt.
Voilà l'Opératrice aussitôt en besogne.
Elle retira l'os ; puis, pour un si bon tour,
Elle demanda son salaire.
Votre salaire? dit le loup,
Vous riez, ma bonne commère.
Quoi ! Ce n'est pas encore beaucoup
D'avoir de mon gosier retiré votre cou !
Allez, vous êtes une ingrate ;
Ne tombez jamais sous ma patte.


 

______________


Carpe diem
vivre sa vie et être le seul décidant clin d'oeil b


Revenir en haut
Nina
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2010
Messages: 30 186
Localisation: région rouennaise
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

MessagePosté le: Ven 30 Sep - 06:52 (2011)    Sujet du message: Fables Répondre en citant

LE COCHE ET LA MOUCHE

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
Et de tous les côtés au soleil exposé,
Six forts chevaux tiraient un Coche.
Femmes, Moine, Vieillards, tout était descendu.
L'attelage suait, soufflait, était rendu.
Une Mouche survient, et des Chevaux s'approche ;
Prétend les animer par son bourdonnement ;
Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment
Qu'elle fait aller la machine,
S'assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;
Aussitôt que le char chemine,
Et qu'elle voit les gens marcher,
Elle s'en attribue uniquement la gloire ;
Va, vient, fait l'empressée ; il semble que ce soit
Un Sergent de bataille allant en chaque endroit
Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.
La Mouche en ce commun besoin
Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ;
Qu'aucun n'aide aux Chevaux à se tirer d'affaire.
Le Moine disait son Bréviaire ;
Il prenait bien son temps ! une femme chantait ;
C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait !
Dame Mouche s'en va chanter à leurs oreilles,
Et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail le Coche arrive au haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Ça, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.

Ainsi certaines gens, faisant les empressés,

S'introduisent dans les affaires :
Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés.



 

______________


Carpe diem
vivre sa vie et être le seul décidant clin d'oeil b


Revenir en haut
Morgane
Administrateurs

En ligne

Inscrit le: 17 Mai 2010
Messages: 109 224
Localisation: Rouen
Féminin Cancer (21juin-23juil) 兔 Lapin

MessagePosté le: Lun 3 Juin - 21:21 (2013)    Sujet du message: Fables Répondre en citant

  





  

Éloge de l'amour




Tout l'Univers obéit à l'Amour ;
Belle Psyché, soumettez-lui votre âme.
Les autres dieux à ce dieu font la cour,
Et leur pouvoir est moins doux que sa flamme
Des jeunes cœurs c'est le suprême bien
Aimez, aimez, tout le reste n'est rien.
 
Sans cet Amour, tant d'objets ravissants,
Lambris dorés, bois, jardins et fontaines,
N'ont point d'appâts qui ne soient languissants,
Et leurs plaisirs sont moins doux que ses peines
Des jeunes cœurs c'est le suprême bien
Aimez, aimez; tout le reste n'est rien.


Jean de La Fontaine
  
 

______________

Agis avec gentillesse mais n'attends pas de reconnaissance
Confucius


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nina
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2010
Messages: 30 186
Localisation: région rouennaise
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

MessagePosté le: Mar 11 Fév - 18:10 (2014)    Sujet du message: Fables Répondre en citant

   



Voici la nouvelle poésie de P'tit Bout

 



La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf   

   

   
Une Grenouille vit un Bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : « Regardez bien, ma sœur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
- Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
- Vous n’en approchez point. « La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.
   

   
   

   

   

   
Il avait le choix entre :   
La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf   
Le Corbeau et le Renard   
Le loup et l'Agneau   
Le lion et le rat   
La cigale et la fourmi   

   
 
  

______________


Carpe diem
vivre sa vie et être le seul décidant clin d'oeil b


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:41 (2017)    Sujet du message: Fables

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la Dame d'Avalon Index du Forum -> Arts et culture -> Les textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
{Thème créé par Nina} Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com